La_fontaine_de_Blida329

BLIDA,"l'une des plus agréables ville du royame",écrivait Venture de Paradis en 1789.La "petite rose" a été chantée par les poètes et ses délices comparées à celle de Bagdad.Elle devint rapidement une ville de plaisirs pour Algérois riches ou l'on respirait une atmosphère de caresse et de langueur,aussi les puritains ne manquèrent point de la surnommer la "prostituée".Elle fut aussi une sorte de résidence surveillée pour fonctionnaires en disgrâce.Blida comptait 14000habitants au début du 19ème siècle et devait être alors une ville heureuse car elle n'avait laissé aucune trâce dans l'histoire.Elle fut ensuite éprouvée par quatre épidémies de peste et surtout de tremblements de terre de 1825.La moitié de la population resta ensevelie sous les maisons en ruines;les monuments s'écroulèrent,dont la mosquée de Keireddin.En 1830,Blida était,au dire d'un témoin,un ensemble de misérables décombres.