AUVER63

22 mai 2016

Françoise et Anouchkine à Koh Tao...................

Koh Tao. Après l'escalade et la marche, le massage des pieds a été très apprécié, puis petit-déjeuner sur la plage, dernier bain devant le bungalow. Ensuite direction le retour, et repas au resto proche de l'embarquement. Traversée calme et à Samui, découvertedu BBQ Thaï ( Mokata ) pour terminer la journée.
Françoise à Koh Tao..... - Montage Vidéo Kizoa

Posté par issoire63 à 17:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]


20 mai 2016

Mouvement Ecologique.................................

mouvement-ecologique la mamy

 

A la caisse d’un super marché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche alors de ne pas se mettre à « l’écologie » et lui dit:
« Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources! »

La vieille femme s’excusant auprès de la caissière expliqua:
« Je suis désolée, nous n’avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »

Alors qu’elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta:
« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens.
C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps! »

La vieille dame se retournant admît qu’à l’époque, on retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de limonade et de bière au magasin qui les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau ; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises.
À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées,
mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux. On marchait jusqu’à l’épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, on lavait les couches de bébé avec du savon ; on ne connaissait pas les couches jetables ni les lingettes.
On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans un machine avalant 3000 watts à l’heure.

On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.
À l’époque, on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une soeur à l’autre.

C’est vrai ! on ne connaissait pas le mouvement écologique

À l’époque, on n’avait qu’une TV ou une radio dans la maison ; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas.

Dans la cuisine, on s’activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

À l’époque, on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon ; on n’avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées ou auto portées.

À l’époque, on travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.
Mais, vous avez raison : on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, on buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif ; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau.
On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo ; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque, les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

À l’époque, les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers à jeter fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.
Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

ALORS NE VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON SAC PLASTIQUE ET TON MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE !!!!!!

La vieille dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l’environnement.

Posté par issoire63 à 08:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mai 2016

New York......................

                                   J'ai des amis qui sont allés à New York et qui ont rapportaient des photos sublimes, vous allez juger...............................

 

 

2fc154e5bce4508d77ca1ae28a6b720a New york

7cf97b85f37a24f603aafbef05423211

331817ca2c710cff74d0608b383a7352

P1040131Le musée qui à remplacé les deux tours jumelles..................

P1020058Le pont de Brooklyn......

P1020059 New York

Posté par issoire63 à 13:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]


02 mai 2016

Lettre à Jean Ferrat, par Philippe Torreton le 29 avril 2012.....................

Lettre à Jean Ferrat, par Philippe Torreton 29 avr. 2012 Par olivier perriraz Blog : "La meilleure forteresse des tyrans est l’inertie du peuple" Jean, J’aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J’aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu’à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j’étais à Entraigues il n’y a pas si longtemps et je n’ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c’est sacré ! Jean, J’aimerais te laisser tranquille, au repos dans cette terre choisie. J’aurais aimé que ta voix chaude ne serve maintenant qu’à faire éclore les jeunes pousses plus tôt au printemps, la preuve, j’étais à Entraigues il n’y a pas si longtemps et je n’ai pas souhaité faire le pèlerinage. Le repos c’est sacré ! © Olivier Perriraz © Olivier Perriraz Pardon te t’emmerder, mais l’heure est grave, Jean. Je ne sais pas si là où tu es tu ne reçois que Le Figaro comme dans les hôtels qui ne connaissent pas le débat d’idées, je ne sais pas si tu vois tout de là-haut, ou si tu n’as que les titres d’une presse vendue aux argentiers proche du pouvoir pour te tenir au parfum, mais l’heure est grave ! Jean, écoute-moi, écoute-nous, écoute cette France que tu as si bien chantée, écoute-là craquer, écoute la gémir, cette France qui travaille dur et rentre crevée le soir, celle qui paye et répare sans cesse les erreurs des puissants par son sang et ses petites économies, celle qui meurt au travail, qui s’abîme les poumons, celle qui se blesse, qui subit les méthodes de management, celle qui s’immole devant ses collègues de bureau, celle qui se shoote aux psychotropes, celle à qui on demande sans cesse de faire des efforts alors que ses nerfs sont déjà élimés comme une maigre ficelle, celle qui se fait virer à coups de charters, celle que l’on traque comme d’autres en d’autres temps que tu as chantés, celle qu’on fait circuler à coups de circulaires, celle de ces étudiants affamés ou prostitués, celle de ceux-là qui savent déjà que le meilleur n’est pas pour eux, celle à qui on demande plusieurs fois par jour ses papiers, celle de ces vieux pauvres alors que leur corps témoignent encore du labeur, celle de ces réfugiés dans leur propre pays qui vivent dehors et à qui l’on demande par grand froid de ne pas sortir de chez eux, de cette France qui a mal aux dents, qui se réinvente le scorbut et la rougeole, cette France de bigleux trop pauvres pour changer de lunettes, cette France qui pleure quand le ticket de métro augmente, celle qui par manque de superflu arrête l’essentiel... Jean, rechante quelque chose je t’en prie, toi, qui en voulais à d’Ormesson de déclarer, déjà dans Le Figaro, qu’un air de liberté flottait sur Saïgon, entends-tu dans cette campagne mugir ce sinistre Guéant qui ose déclarer que toutes les civilisations ne se valent pas ? Qui pourrait le chanter maintenant ? Pas le rock français qui s’est vendu à la Première dame de France. Écris-nous quelque chose à la gloire de Serge Letchimy qui a osé dire devant le peuple français à quelle famille de pensée appartenait Guéant et tous ceux qui le soutiennent ! Jean, l’Huma ne se vend plus aux bouches de métro, c’est Bolloré qui a remporté le marché avec ses gratuits. Maintenant, pour avoir l’info juste, on fait comme les poilus de 14/18 qui ne croyaient plus la propagande, il faut remonter aux sources soi-même, il nous faut fouiller dans les blogs... Tu l’aurais chanté même chez Drucker cette presse insipide, ces journalistes fantoches qui se font mandater par l’Élysée pour avoir l’honneur de poser des questions préparées au Président, tu leur aurais trouvé des rimes sévères et grivoises avec vendu... Jean, l’argent est sale, toujours, tu le sais, il est taché entre autres du sang de ces ingénieurs français. La justice avance péniblement grâce au courage de quelques uns, et l’on ose donner des leçons de civilisation au monde... Jean, l’Allemagne n’est plus qu’à un euro de l’heure du STO, et le chômeur est visé, insulté, soupçonné. La Hongrie retourne en arrière ses voiles noires gonflées par l’haleine fétide des renvois populistes de cette droite "décomplexée". Jean, la montagne saigne, son or blanc dégouline en torrents de boue, l’homme meurt de sa fiente carbonée et irradiée, le poulet n’est plus aux hormones mais aux antibiotiques et nourri au maïs transgénique. Et les écologistes n’en finissent tellement pas de ne pas savoir faire de la politique. Le paysan est mort et ce n’est pas les numéros de cirque du Salon de l’Agriculture qui vont nous prouver le contraire. Les cowboys aussi faisaient tourner les derniers indiens dans les cirques. Le paysan est un employé de maison chargé de refaire les jardins de l’industrie agroalimentaire. On lui dit de couper, il coupe ; on lui dit de tuer son cheptel, il le tue ; on lui dit de s’endetter, il s’endette ; on lui dit de pulvériser, il pulvérise ; on lui dit de voter à droite, il vote à droite... Finies les jacqueries ! Jean, la Commune n’en finit pas de se faire massacrer chaque jour qui passe. Quand chanterons-nous "le Temps des Cerises" ? Elle voulait le peuple instruit, ici et maintenant on le veut soumis, corvéable, vilipendé quand il perd son emploi, bafoué quand il veut prendre sa retraite, carencé quand il tombe malade... Ici on massacre l’École laïque, on lui préfère le curé, on cherche l’excellence comme on chercherait des pépites de hasards, on traque la délinquance dès la petite enfance mais on se moque du savoir et de la culture partagés... Jean, je te quitte, pardon de t’avoir dérangé, mais mon pays se perd et comme toi j’aime cette France, je l’aime ruisselante de rage et de fatigue, j’aime sa voix rauque de trop de luttes, je l’aime intransigeante, exigeante, je l’aime quand elle prend la rue ou les armes, quand elle se rend compte de son exploitation, quand elle sent la vérité comme on sent la sueur, quand elle passe les Pyrénées pour soutenir son frère ibérique, quand elle donne d’elle même pour le plus pauvre qu’elle, quand elle s’appelle en 54 par temps d’hiver, ou en 40 à l’approche de l’été. Je l’aime quand elle devient universelle, quand elle bouge avant tout le monde sans savoir si les autres suivront, quand elle ne se compare qu’à elle même et puise sa morale et ses valeurs dans le sacrifice de ses morts... Jean, je voudrais tellement t’annoncer de bonnes nouvelles au mois de mai...Je t’embrasse. Philippe Torreton

 

 

 

 © Olivier Perriraz

Posté par issoire63 à 09:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Le sens de la répartie........

 Quelques réparties célèbres. Merci à Didier pour ces perles. Le sens de la répartie Voici une réplique superbe et cinglante de Robert Surcouf, célèbre corsaire Malouin, répondant à un amiral britannique qui prétendait ceci : "Vous les Français vous vous battez pour l'argent, nous Anglais, nous nous battons pour l'honneur !!!" Et Robert Surcouf de répondre : "Monsieur, chacun se bat pour ce qu'il n'a pas !!!" ________________________________ Lors d'un échange entre les deux rivaux politiques du 18ème siècle, John MONTAGU, Comte de SANDWICH, et le réformiste John WILKES. MONTAGU dit à WILKES : « Monsieur, je ne sais pas si vous mourrez sur l'échafaud ou de la syphilis. » Réplique de Wilkes : « Cela dépend, monsieur si j'embrasse vos principes ou votre maîtresse. » ________________________________ Lady Astor apostropha un jour Winston CHURCHILL: « Monsieur CHURCHILL, vous êtes ivre ! » Réplique de CHURCHILL : Et vous, Madame, vous êtes laide... Mais moi, demain, je serai sobre ! » ________________________________ Cindy CRAWFORD à Amanda LEAR lors d'un cocktail : « Merci de m'avoir envoyé votre livre, je l'ai adoré. Mais dites-moi, qui vous l'a écrit ? Réplique d'Amanda : « Je suis ravie que vous ayez apprécié mon livre. Mais dites-moi, qui vous l'a lu ? » ________________________________ Le Prince de CONTI était fort laid. Aussi sa femme le trompait sans vergogne. Un jour, en partant, il lui dit : « Madame, je vous recommande de ne pas me tromper pendant mon absence. » Réplique de sa femme : « Monsieur, vous pouvez partir tranquille : je n’'ai envie de vous tromper que lorsque je vous vois. » ________________________________ CHURCHILL fit un jour la remarque suivante à son George Bernard SHAW (alors très maigre contrairement à ce premier de forte corpulence): « À vous voir, tout le monde pourrait penser que la famine règne en Angleterre. » Réplique de SHAW : « À vous voir, tout le monde pourrait penser que c'est vous qui en êtes la cause. » ________________________________ Lors d'une visite du palais de Blenheim (maison ancestrale de la famille CHURCHILL ), Lady ASTOR, l'icône féministe, se retrouva à discuter des droits des femmes avec Winston CHURCHILL, qui n'était pas réputé pour son affection pour le sujet. Au sommet de leur désaccord, Lady ASTOR s'écria : « Winston, Si j'’étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre ! » Réplique du tac au tac de CHURCHILL : « Eh bien moi, Nancy, si j’'étais votre mari, je le boirais ! » ________________________________ «Je ne sais plus quel animateur de télé pose cette question fondamentale à Michel BLANC : « Être chauve, est-ce un handicap ? » « Je suis chauve, mais j'ai une queue de cheval ! » ________________________________ Au Conservatoire national d'art dramatique, Louis JOUVET, professeur, à François PERIER, jeune élève : - Si MOLIÈRE voit comment tu interprètes ton Don JUAN, il doit se retourner dans sa tombe. Et PERIER de répliquer du même ton : - Comme vous l'avez joué avant moi, ça le remettra en place. _ 

 

 


________________________________
A la fin d'un dîner organisé par Winston CHURCHILL, le maître d’hôtel du héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L’un d’entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare :
"C'est pour la route. »
« Merci d’être venu d'aussi loin, » lui lance CHURCHIL _______________________________ Anna TYSKIEWICZ, future comtesse POTOCKA, cachait avec soin un strabisme divergent. Mais Talleyrand, le plus célèbre pied-bot de l'Histoire, connaissait cette infirmité. Un jour, elle s'avisa de lui demander : - Comment allez-vous, Prince ? - Comme vous voyez, madame, répondit TALLEYRAND. ________________________________ -« Le maréchal va beaucoup vous manquer…» dit-on à l'’épouse du Maréchal DE BOUFFLERS après qu’il fut décédé. -« Peut-être. Mais au moins, je saurai où il passe ses nuits » répliqua-t-elle. ________________________________ Monsieur de RIVAROL, combien d’années me donnez-vous ? » Demandait une vieille coquette à l'homme célèbre

-«Pourquoi vous en donnerais-je Madame ? N’en avez-vous donc pas assez ?"
________________________________
A la fin d'un dîner organisé par Winston CHURCHILL, le maître d’hôtel du héros de la guerre présente la cave à cigares aux invités. L’un d’entre eux, sans le moindre scrupule, en prend cinq, les met dans sa poche et déclare :
"C'est pour la route. »
« Merci d’être venu d'aussi loin, » lui lance CHURCHIL

 

         

 

 

Le sens de la répartie

Posté par issoire63 à 09:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2016

Alain Colas........

Le cercle des explorateurs disparus 28 avril 2016 explorateurs A l’occasion de la sortie du livre Le Funeste destin de Michael Rockefeller de Carl Hoffman (édition Globe), le point sur 4 aventuriers des temps modernes, disparus corps et bien dans un ultime very bad trip. Alain Colas : où es-tu, Manu-Manureva ? En 1974, l’ancien équipier d’Eric Tabarly – la presse s’arrangera finalement pour les rendre rivaux – bat le record du monde en solitaire sur le sublime multicoque Manureva, fin comme un oiseau (hisse et ho!). On perdra sa trace au large des Açores (mais ou était passé l’anticyclone ?) le 16 novembre 1978 alors qu’il participe à la toute première Route du Rhum. Le navigateur entrait ainsi funestement dans la légende. Reste une jolie mélodie signée du tandem Gainsbourg/Chamfort. Grâce à eux, la légende perdure toujours…

 

 

 

explorateurs

  

Posté par issoire63 à 20:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 avril 2016

Fille de Farah Diva..........................

François Hollande, Président de la France... Madame Shahla Pahlavi (fille de Farah Diba) Monsieur le Président de la République Palais de l'Elysée 55, rue du faubourg Saint-honoré 75008 Paris le 26 juillet 2013 Monsieur le Président, Je suis d'origine Iranienne, née en 1964 dans la province de Markaz+, je suis arrivée en France en 1982, fuyant la République islamique de Khomeiny. J'étais l'ainée d'une fratrie de 4 enfants. Nous avons dû fuir le régime de Khomeiny, mon père fut arrêté par les gardiens de la révolution, il fut torturé, jugé, émasculé et décapité. Ma mère fut arrêtée et violée cinquante-quatre fois, elle en a perdu ses ovaires. Moi j'avais à l'époque 14 ans, ma soeur 12 ans et mes frères 10 et 8 ans. Ma soeur et moi fûmes violées à dix reprises, ma soeur en mourut. On nous dépouilla de tous nos biens et nous dûmes porter le Niqab. Nous avons réussi ma mère, mes frères et moi à fuir Téhéran, pour nous réfugier chez un de nos cousins dans la province d'Ilham. Profitant du conflit avec l'Irak mon cousin et ma famille avons fui l'Iran via la Turquie, heureusement que mon cousin était un homme d'affaires avec des relations et notamment des amis en Turquie. Maintenant je suis française depuis 1996 et fière de l'être, j'ai pu faire des études supérieures, j'ai actuellement une bonne situation, une famille, un mari français, et deux enfants. Et je puis affirmer que les français ne sont pas racistes dans leur grande majorité. Je vous écris ce courrier, Monsieur le Président, pour attirer votre attention sur les erreurs que vous faites vis-à- vis des islamistes, vous jouez leur jeu à des fins purement clientélistes et électoralistes. Je suis musulmane, non pratiquante, mais mon devoir est de vous alerter sur cet extrémisme islamique qui telle la peste se répand dans notre pays. Voir de plus en plus de femmes voilées dans notre pays, me glace le sang et me rappelle de douloureux souvenirs. C'est une atteinte à la dignité des femmes, bien que devant vous et les caméras elles diront que c'est leur choix, ces paroles sonnent faux et ne sont qu'illusions. Je connais beaucoup de femmes voilées, elles le font toutes sous la contrainte, elles sont victimes de chantage et de menace de mort. Huit de mes amies ont disparu, suite au refus du port du voile. Les mariages forcés ont augmenté de plus de 20% en 2012, soit 80000 estimés. Monsieur le président, pour des raisons électoralistes et clientélistes, vous ne devez en aucun cas céder au chantage des musulmans. Que Monsieur Valls ait reçu des femmes voilées totalement manipulées par leur conjoint est un scandale et une atteinte aux libertés fondamentales de la femme. Madame Najat Vallaud Belkacem ministre du droit des femmes en recevant aussi ces femmes porte atteinte à la dignité des femmes, que soi- disant, elle défend, et donne raison aux intégristes. Je lui ai fait quatre courriers restés sans réponse, et je lui demandé un entretien et j'ai eu une fin de non-recevoir. Certes 85% de la population musulmane a voté pour vous, mais ne cherchez pas à garder cet électorat en acceptant tous leurs désirs. La religion et la politique ne font jamais bon ménage. Vous mettez actuellement la liberté des femmes en péril, vous obligez vos compatriotes à manger Halal, vous leur imposez au journal télévisé le ramadan, qui n'a pas à faire les gros titres des journaux. Vous imposez dans les écoles des repas halal, vous fîtes supprimer dans les crèches et les écoles les dessins de petits cochons et les cochons tirelires sous prétexte de signes islamophobes. Tout cela est absurde et dangereux pour notre démocratie. Au risque de vous choquer, ces gens-là sont des manipulateurs qui se réfugient derrière le racisme et l'islamophobie, mais en fait, ils veulent nous imposer leur religion, leurs us et coutumes. Pour eux le temps est une notion dérisoire, ils ont le temps pour eux, mettront-ils dix ans, vingt ans ou plus ils arriveront à leurs fins. Surtout en France où vous les politiques, vous êtes plus intéressés par vos carrières que par l'avenir de la France. Vos attitudes clientélistes ne font qu'amplifier les haines et augmenter le racisme, les gens sont à cran, le fait de voir que des gens de confession musulmane sont pris en considération par le pouvoir plus que le français de souche les exaspère. Les politiques dites d'intégration que vous faites et qu'ont fait vos prédécesseurs sont lamentables. A savoir que ce n'est pas au peuple d'accueil de s'intégrer aux derniers arrivés, mais aux derniers arrivés de s'intégrer. Nous assistons à un repli identitaire qui s'accompagne d'un violent retour aux sources culturelles dans la plupart des sociétés sources de l'immigration, et ce repli trouve sa traduction jusque sur le sol des terres d'accueil. Il y a aussi le fait que l'on pense que tout le monde a vocation à s'intégrer, ce qui est impossible. Des immigrés ne voudront ou ne pourront jamais s'intégrer. Beaucoup, et il ne faut pas avoir peur de le dire, sont venus en France pour profiter de la politique sociale qui est, disons le franchement, la plus avantageuse du monde pour les bénéficiaires. De plus, il faut évoquer le tabou du taux de natalité qui conduit à feindre de croire qu'un enfant éduqué au sein d'une fratrie nombreuse, avec des parents qui ne détiennent ni le niveau d'instruction, ni la maîtrise des codes de la société française, pourra réussir, à terme, aussi bien qu'un enfant éduqué dans une fratrie de taille raisonnable et dont les parents détiennent suffisamment de clés, l'une des plus importantes étant, au demeurant, le souci de l'enfant et l'écoute de ses besoins pour un développent harmonieux au sein de notre société. A savoir, ne vous en déplaise Monsieur le Président que pour ces gens faire des enfants, est un revenu financier non négligeable, certains arrivent à percevoir jusqu'à 20 000€ d'aides en tout genre. Contrairement à ce qui avait cours pour l'immigration intr-européenne, il y a aujourd'hui un sens à parler d'intégration au bout de plusieurs générations, car la dégradation de l'intégration dans le temps est une réalité qui se mesure chaque jour. Elle se mesure au travers du refus d'utiliser la langue française au quotidien, y compris dans les cours de récréation. Elle se mesure au travers de la remise en cause de la neutralité religieuse dans les universités, dans les entreprises, dans les hôpitaux. Elle se mesure par les guerres tribales qui ont lieu dans les cités où différentes ethnies s'affrontent jusqu'à la mort. Cette dégradation a d'ailleurs été consignée par un certain nombre de chercheurs, dont récemment Hugues Lagrange dans son ouvrage Le déni des cultures, où il écrit que nous assistons à "un ré enracinement" des troisièmes et quatrièmes générations de l'immigration dans la culture de leurs parents et de leurs pays d'origine." Ce qui exaspère aussi les Français dans le contexte religieux, c'est que non seulement on leur impose de manger Halal, mais aujourd'hui, en France, on détruit des églises, car elles sont trop couteuses en entretien pour les communes, mais on construit des mosquées à tour de bras dont l’entretien sera en tant que lieu de culte à la charge des communes. N'oubliez pas Monsieur le Président, les événements qui se produisent actuellement en Égypte, en Tunisie, où de jeunes hommes et femmes se battent et se font tuer pour être libres, ne pas porter le voile, pouvoir s'embrasser dans la rue, danser, vivre une vie à l'occidentale, alors que vous et votre gouvernement, vous ouvrez la porte à l'obscurantisme, pour des raisons électoralistes et populistes. Continuez sur cette voie et vous mettrez votre pays dans le noir des Niqabs et sans doute le dirigerez vers une guerre de religion. J'aime la France, mon pays d'accueil où j'ai pu trouver la liberté d'expression, la liberté de pensée, où j'ai pu étudier, où je peux travailler et manger à ma faim. Mr Le Président, je vous conseillerai de relire beaucoup d'ouvrages de nos philosophes français, tant qu'il en est encore temps, et pensez à l'avenir de la France, de nos enfants, de nos fils et filles et ne leur imposez pas par carriérisme une vie vouée à l'obscurantisme religieux. Je ne voudrais pas que mes petits-enfants fuient la France d'ici quelques années, comme moi j'ai dû fuir l'Iran pour ne pas vivre sous la terreur et sous le joug de religieux intégristes. > > Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'hommage de mon respect. Madame Pahlavi > > Il serait souhaitable que Hollande et sa bande prennent conscience ; mais leurs ambitions personnelles passent bien avant ! Faites circuler ce texte , il y va de votre avenir et surtout celui de vos enfants, ce n’est pas être raciste mais seulement lucide .

Posté par issoire63 à 09:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2016

Agriculture.................

  Dans trois semaines, les ministres de tous les pays européens vont voter la directive "Secrets d'affaires" dictée par les lobbies, qui est une offensive sans précédent contre notre droit à l'information et notre droit à protéger notre santé et notre environnement. C'est le plus gros plan jamais élaboré par l'industrie pour faire taire les citoyens et sécuriser des milliards de profit. Et notre seul moyen de l'arrêter, c'est de mettre une pression sans précédent sur le Conseil des ministres l'UE avant le vote du 17 mai. Alors : > Signez vite votre pétition au Conseil, et transférez ce message pour rallier 1 million de personnes avant le vote, et que les citoyens pèsent plus lourd dans la balance que les lobbies de l'industrie ! > Dans très exactement 3 semaines, les Ministres de l'Agriculture de tous les pays membres de l'Union européenne vont se réunir pour voter pour ou contre la directive "Secrets d'affaires". > Il s'agit d'une directive dictée par les lobbies pour leur faciliter la commercialisation de pesticides ou de médicaments sans devoir rendre de comptes à personne : ni aux citoyens, aux agriculteurs, aux médecins ou aux malades, ni aux scientifiques indépendants, ni même aux autorités sanitaires censées les contrôler. > Grâce à l'action de nombreux journalistes et associations, cette directive est désormais connue du plus grand nombre. Mais pour l'arrêter, il faut que tous ces citoyens informés fassent plus que partager un email ou un "post" Facebook : il faut qu'ils ajoutent leur signature à la pétition au Conseil des ministres de l'Union européenne ! > En quelques jours, 350 000 personnes ont déjà signé cette pétition. Je sais que vous avez déjà signé, et je vous remercie de tout cœur pour votre engagement dans cette bataille. Mais j'ai besoin d'un petit coup de main supplémentaire pour arriver à un million AVANT le vote du Conseil du 17 mai prochain – pouvez-vous SVP : transférer l'email ci-dessous à tous vos contacts bien leur préciser qu'il faut absolument AGIR – et pas seulement lire... > Si nous, citoyens de l'Europe entière, ne nous soulevons pas massivement pour faire valoir nos droits les plus élémentaires à l'information et à protéger notre santé et notre environnement, qui le fera à notre place ? > Les députés européens eux-mêmes, censés représenter "l'intérêt général", se sont honteusement soumis aux lobbies de l'industrie il y a deux semaines en adoptant la directive ! > Pour nous défendre, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes, alors : faites signer un maximum de personnes autour de vous ! > Un grand merci pour votre mobilisation déterminante dans ce combat ultime contre l'emprise des lobbies sur nos vies. > > Madame, Monsieur, Imaginez. Votre enfant ou votre conjoint tombe gravement malade. Les médecins diagnostiquent un cancer qu'ils pensent lié à l'utilisation massive de certains pesticides dans votre région, ou à l'absorption régulière de petites doses de ces mêmes produits à travers l'alimentation. Vous et votre famille, mais aussi des médecins et des scientifiques indépendants, demandent à l'entreprise qui fabrique ces produits de leur fournir les détails des tests et des études qui ont servi à autoriser leur commercialisation – pour comprendre ce qui s'est passé, peut-être même trouver un moyen de sauver votre enfant ou votre conjoint malade et éviter que de tels drames se reproduisent à l'avenir. Mais l'entreprise agrochimique concernée refuse de divulguer ces informations. Grâce à la directive sur le secret des affaires que l'Union européenne s'apprête à faire passer (1), elle est désormais en droit de le faire : rien ni personne ne pourra plus l'obliger à fournir ces informations pourtant capitales pour la santé de millions d'individus – sous prétexte qu'elles contiendraient des données précieuses qui assureraient des bénéfices confortables et durables à l'entreprise en question ! Pire : les journalistes ou les scientifiques qui s'aventureraient à rendre publics ces éléments confidentiels classés « Secrets d'affaires » pourraient être poursuivis devant la justice et risquer une amende colossale et jusqu'à 5 ans de prison ! Ce cauchemar absurde est une réalité imminente qui menace l'Europe et tous ses habitants, VOUS ET MOI COMPRIS. Après des années de lobbying intensif, un petit groupe de multinationales agrochimiques et pharmaceutiques est en train de parvenir à son but. Une directive draconienne de l'Union européenne est sur le point de nous interdire définitivement, à nous citoyens, journalistes, lanceurs d'alerte, médecins et scientifiques indépendants... l'accès à toutes les données scientifiques exigées par la réglementation pour pouvoir mettre un pesticide ou un nouveau médicament sur le marché. Il s'agit de la nouvelle Directive du Parlement européen et du Conseil sur la protection des savoirs-faire et des informations commerciales non divulguées (secrets d'affaires) contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicite, qui vient d'être approuvée par le Parlement européen à Strasbourg le 14 avril 2016, et qui sera votée en dernier ressort par le Conseil le mois prochain. C'est une offensive sans précédent contre notre droit à l'information > et notre droit à protéger notre santé et notre environnement. Quels que soient les enjeux qui servent à justifier cette directive, son but est extrêmement clair : **Garantir en inventant un nouveau droit que les intérêts des multinationales vont toujours passer avant l'intérêt général et avant l'intérêt des citoyens... **Permettre que les dossiers d'homologation des éléments composant les produits phytopharmaceutiques soient encore plus opaques pour faciliter la commercialisation des pesticides et des médicaments ou les maintenir plus longtemps sur le marché... **Sécuriser enfin des milliards de profits pour l'industrie agrochimique et pharmaceutique dans les années à venir en empêchant que n'éclatent d'autres grands scandales sanitaires et environnementaux et éviter que leurs produits ne puissent être retirés du marché. Cela fait des années que les multinationales rêvent d'imposer ces mesures. Elles ont déjà réussi en partie à verrouiller le système et empêcher les citoyens et les chercheurs indépendants de venir mettre le nez dans leurs affaires : Vous avez sans doute entendu parler de l'affaire du glyphosate, l'ingrédient principal du fameux RoundUp de Monsanto, cet herbicide ultra-contesté qui est pourtant le plus massivement utilisé en Europe et dans le monde ? Un rapport de l'OMS (l'Organisation mondiale de la santé) vient de dénoncer le produit en question dans un rapport alarmant (2) dans lequel il est soupçonné de provoquer des cancers chez les agriculteurs qui les utilisent, et dans la population... ...et pourtant : L'Union européenne, de son côté, juge qu'il est « improbable » que l'herbicide incriminé soit à l'origine de ces problèmes, et – en s'appuyant sur des études scientifiques controversées financées par Monsanto – autorise sa commercialisation dans toute l'Europe (3) ! Lorsque des labos indépendants demandent l'accès à ces études pour en faire une contre-expertise et en avoir le cœur net, c'est un refus catégorique qui leur est opposé : ces études contiendraient des données classées « Secrets d'affaires », et il serait contre l'intérêt de l'entreprise de les divulguer. D'après l'Union européenne, l'autorisation de commercialiser un pesticide se baserait donc avant tout sur la « bonne foi » d'une multinationale qui brasse des milliards de profits annuels grâce à ce même produit. C'est renversant ! Autre cas récent qui devrait nous alerter : C'est arrivé à Rennes, en France - et largement médiatisé : une personne volontaire pour un essai clinique est décédée à cause du traitement qu'elle testait. Des scientifiques demandent aujourd'hui la publication des données de l'essai clinique en question pour comprendre ce qu'il s'est passé exactement. Mais le laboratoire pharmaceutique concerné, Biotrial, refuse, en prétextant qu'il doit protéger ses « secrets d'affaires » (4). Ce que veulent obtenir les lobbies aujourd'hui, c'est que toutes ces pratiques moralement indéfendables soient officiellement gravées dans le marbre d'une directive européenne qui rende toute contestation et tout recours juridique impossible à l'avenir. Comment les multinationales font-elles pour imposer si facilement leur volonté à tout un peuple ? C'est difficile à croire, mais : La directive sur les secret des affaires est la dernière étape d'un plan élaboré dans le plus grand secret par leurs lobbies, main dans la main avec la Commission européenne et le Parlement européen, pour garantir que ni les citoyens, ni les chercheurs indépendants ne viendront plus se mettre en travers de leur chemin lorsqu'ils commercialisent des pesticides nocifs pour les pollinisateurs, l'environnement ou même la santé humaine. Pendant plus de trois ans, les lobbies ont dicté, quasiment ligne par ligne, leur loi à la Commission européenne. L'association Corporate Europe Observatory, qui milite contre l'emprise des lobbies au sein des institutions européennes, a suivi ce processus. Ce que montre son rapport (5) est édifiant : – Le groupe qui a rédigé la directive sur le secret des affaires était composé de seulement deux membres du personnel de la Commission et d'une armada d'experts, de consultants, de juristes et d'avocats travaillant directement pour l'industrie ; – Les échanges de mails qui ont fuité entre la Commission et les lobbies montrent clairement qui est a été aux manœuvres pendant tout ce temps : les lobbies dictent, la Commission applique ; – Les représentants de la société civile ont été soigneusement écartés des débats depuis le début des négociations. Ils n'ont même pas été tenus informés des réunions pendant lesquelles la directive a été élaborée, alors que les lobbies de l'industrie étaient invités à intervalles réguliers par la Commission à donner leur avis sur l'avancement des travaux. Il s'agit clairement d'une directive faite sur mesure pour les lobbies et par les lobbies, qui vise à s'assurer que les citoyens, les associations et les scientifiques indépendants ne viendront plus mettre le nez dans leurs affaires. Mais il reste un espoir d'empêcher les lobbies de faire définitivement la loi en Europe. Malgré la trahison des députés européens il y a quelques jours, qui ont décidé de faire passer l'intérêt des multinationales avant celui des citoyens qu'ils sont censés représenter en adoptant le texte dicté par les lobbies... ... rien n'est encore joué : il reste encore un vote décisif, au Conseil de l'Union Européenne. Un collectif d'associations, de syndicats et de représentants des citoyens européens (6), a lancé un appel pour que les institutions européennes rejettent purement et simplement la directive sur le secret des affaires. Avec POLLINIS nous avons décidé de jeter nos forces dans cette bataille, pour que la voix des citoyens soit vraiment entendue des politiques. Avec l'aide de nos membres et sympathisants, nous avons lancé une mobilisation éclair : en quelques heures, nous avons récolté 150 000 signatures à notre pétition contre la directive des lobbies. Il faut que cette action prenne une ampleur sans précédent pour atteindre rapidement 1 million de personnes en Europe. C'est le seul moyen de mettre une pression suffisante sur les membres du Conseil pour obtenir l'abandon de cette directive honteuse. C'est pour cela que je fais appel à vous aujourd'hui : Les lobbies ont beau être assis sur des milliards et se payer des consultants à prix d'or pour influencer les décideurs européens... ...nous sommes 500 millions de citoyens européens. Et c'est de nous que les institutions tirent leur légitimité ! Il est grand temps de le leur rappeler... Faites maintenant un geste symbolique fort en signant la pétition contre la nouvelle directive européenne sur le secret des affaires- pour la protection des citoyens et le respect de notre droit à l'information, et ralliez un maximum de personnes supplémentaires, pour que tous ensemble on pèse plus lourd dans la balance que les lobbies ! Le vote a eu lieu il y a quelques jours en catimini au Parlement, et la majorité des personnes en Europe ignore encore totalement ce qui se trame dans leur dos, et les conséquences dramatiques que cela implique pour leur avenir et celui de leurs enfants. C'est pourquoi que je compte vraiment sur vous pour signer la pétition, et m'aider à informer un maximum de personnes, en France, et dans tous les pays européens que vous pourrez nous aider à toucher. Il n'y a qu'en luttant activement pour nos droits que nous pouvons stopper l'initiative conjointe des multinationales et de l'Union européenne. Notre association s'organise pour lancer la pétition dans d'autres pays européens. Mais nous avons besoin de vous pour la diffuser, le plus rapidement possible et auprès du plus grand nombre possible : copiez les liens suivants, et transférez-les à vos amis et contacts partout en Europe : Lien vers la pétition en Français : info.pollinis.org/fr/NoToxicBizSecrets-Consilium Lien vers la pétition en Anglais : info.pollinis.org/en/NoToxicBizSecrets-Consilium Il n'est pas question ici de dire que les entreprises n'ont pas le droit de vouloir protéger de la copie illégale leurs recherches et leurs inventions– le droit de la propriété intellectuelle existe déjà depuis longtemps pour répondre à ces besoins. Mais il ne s'agit pas de ça ici : dans cette nouvelle directive, le droit au secret sert de prétexte pour justifier un verrouillage complet et définitif du système au profit de quelques multinationales, et enlever tout droit de recours et d'information aux citoyens ! Si vous ne faites pas entendre votre voix en signant la pétition, les bureaucrates européens en déduiront que personne ne se soucie de ce recul incroyable de l'intérêt général. Ils penseront alors que cet énorme cadeau qu'ils font à l'industrie agrochimique et pharmaceutique en particulier n'a attiré l'attention ni l'indignation de personne. Alors s'il vous plaît, exprimez-vous. C'est le moment de vérité. Votre signature donnera une légitimité démocratique décisive aux démarches que les associations pourront entreprendre sur le plan juridique. Et après avoir signé votre pétition, transférez ce message à toutes les personnes que vous connaissez. Dites-leur qu'il est temps d'agir - il n'y a vraiment pas de temps à perdre. Merci d'avance. Nicolas Laarman Délégué général Références : Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d'affaires) contre l’obtention, l'utilisation et la divulgation illicites L'étude de l'OMS publiée dans The Lancet : Carcinogenicity of tetrachlorvinphos, parathion, malathion, diazinon, and glyphosate. > "Commanditées par une vingtaine de firmes agrochimiques, regroupées au sein du Glyphosate Task Force (GTF) et représentées par Monsanto, ces études sont pour l’heure tenues secrètes. [...]Tandis que l’EFSA fonde partiellement son avis sur les études industrielles fournies par le GTF et tenues confidentielles, le CIRC appuie son analyse sur les études publiées dans la littérature scientifique, principalement conduites par des chercheurs du monde académique" Roundup : Bruxelles demande à Monsanto de rendre publiques ses études, Stéphane Foucart, Le Monde du 7 avril 2016 Biotrial : de nouvelles révélations troublantes dans l'essai clinique mortel de Rennes. À lire sur le Figaro.fr. >

Posté par issoire63 à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]