08 janvier 2017

Entretien d'embauche........................

Un jeune homme sollicita un poste dans une grande entreprise. Après l’entretien d’embauche de sélection, le directeur adjoint l’envoya vers le directeur général pour une dernière entrevue. Le directeur a bien regardé son CV : il était tout simplement excellent (de grandes écoles, de beaux stages…). Aussi, le DG lui a demandé : « As-tu reçu une bourse d’étude pendant ton cursus scolaire ? » Le jeune diplômé lui a répondu tout simplement « non ». « Est-ce ton père qui a payé tes études ? » « Oui » répondit le jeune. « Où travaille ton père ? » « Mon père fait des travaux de forge. » Le directeur a demandé au jeune de lui montrer ses mains. Le jeune lui a montré une paire de mains lisses et parfaites. « As-tu jamais aidé ton père dans son travail, ne serait-ce qu’une seule fois ? » « Mon père a toujours voulu que j’étudie davantage. En outre, il peut mieux faire ces tâches que moi.» Le directeur a dit : « J’ai une demande à te faire : quand tu iras à la maison aujourd’hui, observe et lave les mains de ton père puis reviens me voir demain matin. » Ni une, ni deux, le jeune s’empresse de prendre congé pour aller vite répondre à la requête du DG. Quand il rentra à la maison, il se mit à chercher son père et lui demanda la permission de laver ses mains. Son père se sentit heureux de la subite attention de son fils et les lui présenta avec bienveillance. Après un temps d’arrêt, le jeune homme entreprit de laver doucement les mains paternelles. Pour la première fois, il se rendit compte de l’état des mains de son père : elles étaient ridées et avaient tant de cicatrices qu’il pouvait à peine toutes les compter. Certaines d’entre elles étaient encore à vif et quand il avait le malheur d’y toucher, son père tressaillait de douleur. Pour le jeune homme, ce fut comme un seau d’eau glacée lancé en plein visage ! Il se rendit peu à peu compte du sacrifice de son père. Car chacune de ces cicatrices représentait le prix à payer pour SON éducation, SES activités de l’école et SON futur. Après avoir fini de nettoyer les mains de son père, le jeune commença à mettre de l’ordre dans l’atelier. Cette nuit-là fut un magnifique moment ‘père et fils’ durant lequel ils parlèrent très longtemps. Au matin suivant et comme prévu, le jeune est retourné voir le directeur. Ce dernier s’est vite rendu compte des larmes dans les yeux du jeune homme. Aussi lui-a-t-il demandé : « Peux-tu me dire ce qui te fait pleurer et ce que tu as appris hier en rentrant chez toi ? » Le jeune a répondu : « j’ai nettoyé les mains de mon père puis j’ai fini par ranger son atelier… mais ce n’est pas le plus important. Je sais maintenant reconnaître ce qui mérite d’être apprécié. Sans mon père, je ne serais pas celui que je suis aujourd’hui. En aidant mon père, je me suis rendu compte de la dureté de son labeur et de mon arrogante indifférence. Aujourd’hui, j’apprécie son sacrifice à sa juste valeur et le trésor qu’est l’aide familiale. Le directeur a dit : « Voilà ce que je cherche chez mon personnel. Je veux engager des personnes pouvant apprécier l’effort fourni par les autres, des personnes qui ont conscience de la souffrance d’autrui, des personnes qui ne mettent pas l’argent comme seul objectif dans la vie… Tu es embauché ». Un enfant trop protégé à qui les parents donnent tout ce qu’il veut, développe « une mentalité de droit » et ignore les sacrifices qu’il a fallu faire pour en arriver là ! Si vous vous reconnaissez dans ce type de pères protecteurs, pensez-vous agir pour le bien de vos enfants ou au contraire, les guider sur le mauvais chemin ? Vous pouvez donner à vos enfants ce qu’ils souhaitent le plus au monde : une maison chaleureuse, un bon repas, une grande école, un téléphone portable dernier cri… Quand vous devez faire le ménage ou peindre une chambre, pensez tout simplement à les mettre à contribution. Après avoir mangé, qu’ils lavent et rangent la vaisselle entre frères et sœurs pour apprendre la vraie valeur de l’entraide et les qualités nécessaires pour mener une belle vie. Un jour, quand vous aurez les cheveux bien blancs, vous serez heureux de voir vos enfants épanouis, suivre votre exemple et apprendre à leurs propres enfants l’expérience de la difficulté et l’importance du travail en groupe. Bonne nuit.

Posté par issoire63 à 18:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]


06 janvier 2017

Le soleil.....................

8a009a5c11e32e5ad30cfccac6cb640d

12188363_905440342867635_704566969_n

14138236_1173971349312684_1758953296390726952_o

15697865_700580513436601_169277738526224573_n

15823669_10208294770595402_7496687268641094499_n

purple-690724_1920

da57b0b6eb2f578ff01fb1fa9c0c6ed6

15871661_10154978256720625_5741469551963844764_n

15202714_1042729602503431_5956751683074182893_n

 

15391155_1055644941211897_485708025519403490_n

 

15591528_1062496507193407_6723022978965591637_o

15420940_1057627724346952_1623029588227017085_n

15723461_1068265683283156_6824218208134809598_o

 

15747469_1067414566701601_5592493753034286843_n

 

 

 

 

Posté par issoire63 à 18:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 janvier 2017

La vallée des temples en Thaïlande.......Par Françoise.

              Visite de la vallée des temples, à environ 20 kms au sud de la ville. Le Wat Yan Sangwararam regroupe sur une colline plusieurs temples. Sur un rocher, il y a la grande effigie du Bouddha au monde, avec une hauteur de 109 m et une largeur de 70m. Elle a été gravé en 2 jours par la projection d'un rayon lasser, puis des mois pour incruter les contours à la feuille d'or. D'autres temples avec des pièces modernes et un Chinois ( Anek Kusala Sala ) ont complété cette visite. Nous avons aussi découvert de la vigne dans un décor presque méditerranéen proposant toutes les déclinaisons du raisin. Superbe journée terminée par un excellent massage.

 

15726353_10207434248806712_8634937937730904082_n

15726420_10207389303243101_4201740765873133386_n

15726491_10207434245926640_2211101948811118087_n

15726778_10207434247806687_2568518767914489718_n

15747470_10207434248206697_5076426313009933386_n

15781080_10207434246206647_1931741386772645751_n

15781663_10207434246686659_5075731148850449983_nFrançoise

15822874_10207434245886639_5868750544047227479_n

15665843_10207405556729428_6062164703667852504_n

15741224_10207405561929558_5113224082491557570_n

15726557_10207434245686634_5125850315497247849_n

15747648_10207434247366676_2668056095470372796_n

Posté par issoire63 à 18:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Décoration de verres à pieds............................

15621869_10207389302763089_7957871104185446893_n

15622716_10207389303163099_6417439393392038640_n

15665395_10207389302163074_6635625714098840931_n

 

15665410_10207389302363079_1344900105451861212_n

15673043_10207389302843091_1023907713515947323_n

Posté par issoire63 à 16:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Visite du spendide jardin Nongnooch par Françoise en Thaïlande..................

                            Magnifiques orchidées, animaux reconstitués et repartis dans la nature. Tortue d'eau et de terre....Et voitures à découvrir, pas toujours de bon goût......

 

15621829_10207405558369469_678047034531572937_n

15319092_10207405557409445_6660589080212131384_n

15665436_10207405562169564_5543988934392524585_n

15665721_10207405558209465_5434776597156062136_n

15665515_10207405556769429_1557299810594900793_n

15622703_10207405561169539_7934215351564381588_n

15665761_10207405561049536_478060952911058088_n

15665865_10207405556449421_3632522159816198755_n

15672596_10207405561529548_6771503791882515005_n

15697406_10207405559889507_8033714093016576202_n

15697530_10207405558009460_7370302581067870811_n

 

15698321_10207405556289417_1290804897616465845_n

15740893_10207405558809480_2963008730240435150_n

15727174_10207405556049411_1696695758606745585_n

15747857_10207405562049561_8855173261226602729_n

15740873_10207405557169439_4631264709493433005_n

15747577_10210189236198792_4431659181788855961_n

Posté par issoire63 à 16:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]


01 janvier 2017

Les voeux de Jacques Brel........................

 

 





Posté par issoire63 à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Grove Park Inn.......................

 

Le Grove Park Inn a été réalisé par Edwin Wiley Grove (1850-1927) avec l'aide de son beau-fils Fred Loring Seely (1871-1942. Edwin Wiley Grove, connu comme le 'père de Asheville moderne, né en 1850 sur une petite ferme dans le Tenessee. Aprés avoir servi dans la guerre civile, il avait un plan trés précis pour réussir.. Etant d'une famille trés pauvre, il débute ses études dans l'industrie pharmaceutique avec une volonté féroce de s'élever dans le succés. Vers sa trentième année, Grove achète "Paris Medicine Company" localisée à l'origine au Tenessee... Son principal revenu financier fut "Grove's Chill Tonic" qui a l'époque était un élixir de sirop savoureux contenant de la quinine. Cette formule faite pour apaiser les symptômes violents provoqués par le paludisme. Tout en poursuivant de nouvelles recherches pharmaceutiques, Grove rencontre le jeune Fred Seely à Détroit, qui se faisait lui aussi un nom dans l'industrie pharmaceutique. Tout en travaillant ensemble à Détroit, une grande amitié et une admiration mutuelle se créee. Grove invite Seely chez lui à Asheville. Une semaine plus tard, Seely quitte son poste à Détroit pour travailler pour Grove et sa société de médecine de Paris.. Lorsque Grove présente sa fille, Evelyn, au jeune célibataire Seely, ce fut le coup de foudre.. Seely épouse Evelyne Grove..

Je vous laisse découvrir le cadre de cet hôtel étendu sur 43000 square feet.

Je vous laisse faire le calcul mais je peux vous assurer que c'est trés grand.

 

Posté par issoire63 à 22:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 décembre 2016

Une lettre au tribunal..................

Philippe Couturier a partagé la publication de Bernard Santi. 36 min · L’image contient peut-être : texte Bernard Santi, amusé. 16 novembre · SVP. lisez cette lettre elle vaut son pesant d'or........ Objet : Lettre au Tribunal administratif de Nantes ! Cher Monsieur le Tribunal, J'ai pris connaissance il y a quelques jours de votre décision d'interdire la crèche de Noël traditionnellement installée dans le hall du Conseil Général de la Vendée. Quelle mouche vous a donc piqué ? Vous avez fait des études je suppose. Peut-être savez-vous donc que Noël vient du latin 'Natalis' qui veut dire Naissance. Alors je vais vous livrer un secret que vous voudrez bien transmettre à vos confrères qui peut-être nagent avec complaisance dans la même ignorance que vous. La naissance dont il est question est celle d'un certain Jésus de Nazareth né il y a un peux plus de 2000 ans. Je dis ça parce qu'étant donné que vous n'avez pas interdit les illuminations de Noël, je suppose que vous ignoriez ce détail. Voyez-vous, Noël n'est pas l'anniversaire de la naissance du Père Noël (je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l'andouillette tout en interdisant la consommation d'andouillette le jour de la fête de l'andouillette. La crèche c'est ce qu'on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le Tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n'est parce qu'il est le fruit d'une tradition ? Vous êtes un briseur de rêves Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche c'est Noël et Noël c'est la crèche. La crèche c'est aussi l'histoire d'une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C'est un signe d'espoir pour tous les sans-abri. La crèche c'est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C'est un signe d'espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations, de conflit au Moyen Orient et de crainte de 'l'autre' attisée par des attentats horribles. La crèche c'est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez-vous beaucoup d'agriculteurs qui rigolent en cette période de crise ? La crèche c'est un bœuf, symbole de la condition laborieuse de l'homme. Enfin, la crèche, c'est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2014 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes et ne semble pas en être revenu. Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur le Tribunal, à l'expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël. Jean Pierre Santon.

 

15094514_10207858405522964_3157002289115178713_n

 

rire_032

Posté par issoire63 à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les années /3040/50...............................etc

On pouvait acheter du fromage de chèvre dans la rue et même les chèvres étaient là ! 1953 Quelle femme songerait aujourd'hui à faire remailler bas ou collants ? On ne sait pas ce que fait l'homme sur son échelle à côté... 1956 Les nettoyeurs de rue avaient à disposition un petit train. 1950  > Les meules de fromage presque à même le trottoir, on crierait au scandale aujourd'hui. 1938 >  La vendeuse de journaux. 13 septembre 1957 Pendant la sieste du vendeur de vin, son assistant le remplace. 1949 > > > > > > > > > > > > > Un autre métier presque disparu, à Paris tout du moins. 1908  > Poster le courrier à Montmartre. Le chien fait son affaire pendant ce temps. 1960 > > M'a-t-on bien rendu la monnaie à l'épicerie ? 1964 > > > Les ramoneurs à l’œuvre, années 50 > > Au marché, rue Montorgueil, 1951 >  Baraque à frites, rue Rambuteau, 1946 Et des vraies frites !!! >  Maintenant c'est informatisé, 1950 > >k Alamo était le fils Grandin >  Génial, on pouvait acheter un dentier d'occasion, chose impensable de nos jours. Années 50 >   Un p'tit verre au comptoir, 1948 Fontaine Wallace, l'eau semble potable, 1950 Les chanteurs de rue, 1948 Rue St Honoré, 27 juin 1914 (photo colorisée) Expo d'automobiles, Grand Palais, 1935 Le café de la Paix, boulevard des Capucines, années 30 La mode Givenchy, Champs-Élysées, 1953 L'occupation quotidienne, aller chercher le pain, années 50 La pub pour les chaussures André, années 50...

p2Quelle femme songerait aujourd'hui à faire remailler bas ou collants ? On ne sait ce que fait l'homme sur son échelle à côté..............................1956

p3Les nettoyeurs de rue avaient à disposition un petit train. 1950

p8Poster le courrier à Montmatre. Le chien fait son affaire pendant ce temps.1960.

p4Les meules de fromage presque à même le trottoir, on crierait au scandale aujourd'hui.  1938

p5La vendeuse de journaux. 13 septembre 1957

p7Un autre métier presque disparu, à Paris tout du moins.  1908

p1On pouvait acheter du fromage de chèvre dans la rue et même les chèvres étaient là !  1953

p11Au marché, rue Montorgueil.  1951

p6Pendant la sieste du vendeur de vin, son assistant le remplace.  1949

p9M'a-t-on bien rendu la monnaie à l'épicerie ?  1964

p10Les ramoneurs à luvre, années 50

p12Baraque à frites, rue Rambuteau, 1945  Et des vrais frites !!!

p13Maintenant c'est informatisé.   1950

p15Génial, on pouvait acheter un dentier d'occasion, chose impensable de nos jours.  1950

p14Qui se souvient de la marque de tv Grandin1? 1960 Pour ceux qui

p16Un p'tit verre au comptoir. 1948

p17Fontaine Wallace, l'eau semble potable. 1960

p18

p20

p21

p22

p23

p24

Posté par issoire63 à 15:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]