27 août 2014

Voyage au centre de la terre......

   Quand Messeix abritait un millier de mineur du charbon, elle n'a plus aujourd'hui que le sourvenir, consigné dans son musée.

 

"Il y a encore au moins 20 ans de charbon sous nos pieds ! Peut-être plus, mais bon, ça n'est paraît-il plus rentable !"

A Messeix, les chiffres parlent d'eux-mêmes : plus de 800 mineurs en 1960, qui sortaient 185000 tonnes de charbon : 140 en 1988 pour 20000 tonnes !

Depuis cette date, c'en est donc fini du charbon à Messeix...et aussi un peu de la ville qui comptait à la grande époque 600 enfants, quatre écoles, une cinquantaine de cafés...aujourd'hui, il en reste un...et une boulangerie. En perdant son charbon, la ville a tout perdu. Mais pas sa mémoire aujourd'hui entretenue dans son musée de la mine.

A Messeix, dans un cadre bucolique qui n'a rien à voir avec les traditionnelles images du nord, le charbon, qu'on ramassait au début à flan de montagne, a été clément avec la ville. Un charbon d'excellente qualité, disposé en couches qui remontent à la surface, facilitant l'exploitation, mais surtout, ignorant le grisou totalement absent de la mine. Ainsi même si Messeix a eu ses martyrs, avec 60 morts entre 1881 et 1981, aucune catastrophe ne s'y est jamais produite.

1719260Le musée raconte évidemment toute l'histoire de la mine, qui épouse celle du bassin auvergnat. Pour autant, le site de Messeix cultive ses spécificités, avec mille histoires toutes consignées dans les différentes salles du musée.

LES CHEVAUX DE MINES.

1719258La place ne permettrait évidemment pas ici de toutes les rapporter, mais celle des chevaux de mines nous a semblé assez remarquable : le cheval était en effet le meilleur ami de l'homme dans les mines. Ils y descendirent pour la premiére fois en 1821, non loin de l'Auvergne, à Firminy, avant d'être utilisés rapidement partout : au début du XXe siècle, ce  comptait une année de plus 10000 équidés qui connaissaient un sort assez peu enviable.

Les difficultés qu'il y avait pour descendre les chevaux dans les mines faisaient qu'en général, ils y restaient. On les descendaient encore jeunes, ( ce n'est qu'à partir de 1920 qu'on construisit des cages suffisamment grandes pour les descendre et remonter aisément ) alors qu'ils n'étaient pas encore trop gros, puis on leur accrochait à douze wagonnets de charbon qu'ils tiraient jusqu'à la mort ou presque.

Humanité

Mais à Messeix, dans la plus petite mine d'Auvergne, il faut croire que l'humanité était une valeur plus forte qu'ailleurs, à moins que la course au rendement n'y soit moins féroce.Le machéchal  ferrant qui gérait les bêtes ( qui n'étaient pas nombreuses ) les remontait chaque dimanche pour leur permettre de voir le jour et de disposer un peu d'espace.

Une performance quand on imagine les problèmes techniques un tel voyage, surtout à Messeix où les cages ont toujours gardé des dimensions modestes.

C'est d'ailleurs une des seules mines où les chevaux voyaient le jour avec une telle régulaté.

On en croise encore aujourd'hui dans les champs verdoyants des alentours sans qu'aucun ne se doute de l'enfer ils ont échappé.

Arnaud Vernet

1719261

1719259

 

Posté par issoire63 à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 août 2014

Explorez sa nature profonde du volcan de Lemtegy.......

IMG_0923Le début de la randonnée....

IMG_0927On découvre les Dômes.....

IMG_0934Mon petit fils et moi et les expications.....

IMG_0937Là, nous descendons vers le volcan Lemptegy......

IMG_0938

IMG_0940Le volcan avec sa cheminée......

IMG_0942

IMG_0946Tout le monde est intéresser.....

IMG_0948Voici  ce que crachait le volcan....

IMG_0949

IMG_0950Le petit train....

IMG_0951

IMG_0952

IMG_0953

IMG_0954

IMG_0964Félix admire.....

IMG_0965

IMG_0966

IMG_0967

IMG_0975

Posté par issoire63 à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2014

La lune est entière, les dormeurs ont du souci à se faire......

P8100007

P8100005

Posté par issoire63 à 23:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 juillet 2014

On est bien à la campagne.........

LES_JOIES_DE_LA_CAMPAGNE

Posté par issoire63 à 20:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 juillet 2014

Grand corps malade......

Grand Corps Malade - J'ai pas les mots - musique sublime ...

 

http://www.youtube.com/embed/NpDi27DrCVk

Posté par issoire63 à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2014

Pont Pakowski.......

img043

Posté par issoire63 à 13:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2014

Mes petits-enfants et ma belle-fille sont allés au Cap canavéral.......en Floride.

pic00361

pic05090

IMG_1185

IMG_1219

pic21063

ne semaine après la visite de Kennedy, le président est assassiné à Dallas. Le 20 novembre,le nouveau président L B Johnson baptise le Cape Canaveral Auxiliary Air Force Base et le Launch Operations Center au Nord de Cap Canaveral sur la zone de Merrit Island le JF Kennedy Space Center, en hommage au Pt assassiné. Aidé par le gouverneur de Floride Farris Bryant, le président change le nom de Cape Canaveral en Cape Kennedy. Les jours suivants, le décret est publié (Executive Order No. 11129). Il n'est pas fait mention du nouveau nom pour le Cape, mais la réunion des deux installations civiles et militaires va durant des années semer quelques confusions. Afin de clarifier cela, l'administrateur Web change le nom de LOC en JF Kennedy Space Center, NASA et la base aérien militaire devient Cape Kennedy Air Force Station. Le nom est officialisé par le département de l'intérieur l'année suivante.

images45

images7

images12

IMG_1197

index

 

1963_06

1963_05

1963_apmisc_s63_21053_nov_small

Posté par issoire63 à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2014

Le Puy de Dôme.......

        Hier nous sommes montés au Puy de Dôme........

P7080048

P7080051Nos petits fils....

P7080063Les grands parents......

P7080064Félix....

P7080073

P7080074Le Puy de Dôme ça fatigue....

Le Puy de Dôme......

Posté par issoire63 à 09:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2014

Elle a voulu un hôpital moderne.......

                     Au sortir de la Première Guerre Mondiale, Gabrielle Clémentel, troisième femme d'Etienne Clémentel, maire de Riom, mettrases relations et son argent pour développer et moderniser l'hôpital.

C'est au début du XIXe siècle qu'est née l'idée de l'hôpital, outil à guérir et pas simple lieu d'assistance et internement. Deux conflits majeurs et tout particulièrement la Première Guerre Mondiale ont fait progresser médecine, anesthésie et chirurgie à grand pas. On est passé du quinquina à la cortisone, de la compresse de chloroforme au masque d'Ombredane. Ce sont aussi les début de la radiologie.

Ces avancées et ces nouvelles conceptions de l'hébergement des malades obligent les responsables administratifs et médicaux à adapter leur établissement, avec plus ou moins de bonheur.

                  Clinique chirurgicale en 1927, maternité en 1934 avec chauffage central et sanitaire.!

A Riom, l'hôpital devra beaucoup, pour ne pas dire tout, à Gabrielle Clémentel, fille d'un administrateur d'un grand hôpital et épouse d'Etienne Clémentel, maire de Riom de 1904 à 1936. Au sortir de la guerre de 14/18, c'est elle qui recherche les moyens pour rétablir l'équilibre financier de l'hôpital qui compte alors trois cents lits. Elle organise une vente de charité qui rapporte 10.000 francs. De même, elle suit de près les transformations et les aménagements de cet établissement.

Elle collabore à la vente des tableaux de son mari, en 1926, lors d'une exposition à la galerie Barnheim-Jeune à Paris : toutes les oeuvres exposées de Clémentel, soit 150 toiles et aquarelles, sont vendues, pour un total de 280.000 francs; somme versée à l'hôpital de Riom.

En 1926, Gabrielle Clémentel est ainsi nommée membre du conseil d'administration et fait installer le chauffage central et des sanitaires, l'Etat assumant la moitié des frais.

C'est toujours sous sa direction qu'est créée, en 1927, la clinique chirurgicale Jeanne d'Arc, au premier étage de l'aile orientale : 20 lits ( en réalité 19 car une pièce était nécessaire pour une salle de soins ). Douze chambres de 1 à 3 lits distribuées de chaque côté du couloir, toutes équipées d'un radiateur et d'un lavabo avec eau chaude, les sanitaires se trouvent au bout. Douze chambres portant chacune un nom de fleur ( Roses, Pensées,Violettes, Jasmins, Glaïeuls, Iris, Glycines, Lilas, Cyclamens, Hortensias, Tulipes, Anémones).

img035

La même année, Mme Clémentel modernise le service de radiothérapie qu'elle avait monté de toutes pièces. Le bloc opératoire est composé d'une salle d'intervention et d'une dite de stérilisation. Celle-ci était importante car à l'époque on ne parlait pas encore d'usage unique, avec la chaleur sèche"Poupineel" pour stériliser seringues, aiguilles, instruments de chirurgie et la chaleur humide "autoclave" pour les champs opératoires, les compresse, les gants de caoutchouc individuels pour chaque médecin. L'accès des services avec salle d'opération et radio se fait uniquement avec l'ascenseur.

En 1934, elle réalise un de ses voeux les plus chers : l'ouverture d'une maternité moderne, dans un bâtiment neuf séparé de l'hôpital. Pour y parvenir, elle organise une tombola. La maternité est inaugurée en même temps que le sanatorium d' Enval, le 1er juillet 1934. La croix de chevalier de la légion d'honneur lui a été remise par le présisent Lebrun. La clinique Jeanne-d'Arc à l'hôpital de Riom fonctionnera durant cinquante ans.

Gabrielle Clémentel est décédée en 1970 dans cet hôpital pour lequel elle avait tant fait.

Dans les années 1950, Gabrielle Clémentel se rendra à Paris avec le Dr Thomas pour défendre (déjà !) le maintien de la maternité auprès du président Auriol. Le service fermera définitivement le 1er mars 2005. Gabrielle Clémentel est décédée en 1970 dans cet hôpital, où il est aujourd'hui impossible, mis à part la chapelle, de retrouver la configuration de l'époque.

Etienne Clémentel, fut plusieurs fois ministres et le seul aux côtés de Clémenceau à l'occasion de la signature du traité de Versailles. Peintre et photographe, il était l'ami de Rodin et des impressionnistes. Claude Monet en le gardant peintre lui dit "si vous deviez abandonner la politique, vous ne crèveriez pas de faim".

Posté par issoire63 à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]