11 janvier 2019

La derniére .............................

Posté par issoire63 à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 janvier 2019

Poëme bien sympathique.....................

> > A tous les jeunes qu'on a connus, avant Et qui sont des vieillards... maintenant ! A toutes ces filles jadis coquettes Maintenant en maison de retraite, Pour nous souvenir, prenons un instant Tant qu'il est vraiment encore temps ! A tous ces garçons, hier charmants Et qui, aujourd'hui, sont grisonnants, A toutes ces filles en mini-jupettes Ridées désormais comme des fruits blets, J'envoie ce message important. Pour nous moquer un peu de nos tourments. On vieillit, on vieillit, On est de plus en plus raplati, raplati, On a la mémoire comme une passette, On a du mal pour mettre nos chaussettes. On est tout rabougri, déjà amorti, On oublie même parfois ses anciens amis. A tous mes virtuels correspondants, Qui sont chaque jour devant leur écran, A tous mes amis qui, par Internet, M'envoient souvent des "blagounettes", Je souhaite qu'encore longtemps Nos échanges soient récurrents. Amitiés à toutes et tous. *Ceux qui se plaignent de vieillir doivent se rappeler que c'est un privilège refusé à beaucoup ! *

Posté par issoire63 à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2018

Ruche Tronc......................

Petite histoire des ruches troncs L'histoire s'est plus intéressé aux princes qu'au monde paysan et peu d'écrits permettent de retracer l'histoire des ruches troncs. Leur datation est délicate. Sous la forme actuelle, des documents de famille permettent d'attester l'existence de ruchers depuis environ le 16ème siècle. Mais il est probable que cette histoire remonte beaucoup plus loin. Notre association collecte des documents existants et de la mémoire orale. Cette histoire est multiple car liée à une garnde diversité culturelle, même au sein d'une même unité géographique comem les Cévennes. Par exemple, sur les reliefs, dans notre terrain d'action, où il fait assez froid et où les ruchers étaient peu importants, c'était les femmes qui gardaient les abeilles et s'occupaient des ruches, faisaient l'hydromel, filtraient le miel, et "allaient aux abeilles". Cette absence d'histoire écrite fait aussi partie du charme de ces ruches, nous vivons avec, tenaillés par la curiosité de débobiner leur histoire et l'envie d'en inventer une autre adaptée à nos urgences actuelles.. Nous agissons l'enquête dans ce sens et prochainement nous aurons le plaisir de vous proposer quelques informations nouvelles à ce sujet. QU'EST-CE QUE C'EST ? Une ruche tronc est un modèle d'apiculture très ancien directement inspiré du processus de nidification des abeilles dans des troncs d'arbres creux. Au fil des siècles et des millénaires, ce savoir faire dérivé de l'observation de la nature s'est enrichi et a conduit à la constitution de ruchers troncs, des ensembles architecturaux de taille variable selon les ressources du milieu et pouvant regrouper jusqu'à plusieurs centaines de ruches, comme vous le verrez dans la galerie photo. Dans l'habitat traditionel, les ruchers troncs sont souvent très imbriqués à l'habitat humain. Quand l'être humain a eu l'idée de passer du stade de chasseur de miel au stade d' apiculteur, il s'est posé la question de l'habitat à donner aux abeilles. Comment les sédentariser ? Quelle cavité séduisante leur proposer ? afin de pouvoir chaque année venir y puiser du miel sans détruire la colonie, et retrouver autant de miel sinon plus l'année suivante au même endroit ? Observation de la Nature La ruche-tronc, comme son nom l'indique, est creusée dans une portion de tronc d'arbre. Cet habitat créé par l'homme est très proche dans de l'arbre creux où les colonies d'abeilles nichent spontanément à l'état naturel sous nos latitudes. Et il est probable que les premiers agriculteurs dont la survie dépendait directement de l'observation de la nature, d'un travail de précurseur des sciences naturelles, aient inventé la ruche tronc en s'inspirant de ce penchant naturel des abeilles à peupler les arbres creux. Il est particultièrement intéressant d'observer l'ensemble constitué par l'utilisation de la pierre et du tronc de chataignier. Le tout représentant un modèle d'utilisation durable optimal des ressources disponibles dans le milieu, au même titre que l'utilisation du chameau par les bédouins du désert ou du phoque par les inouites. Hasard et nécessité Les ruches-troncs ou «bruscs», comme on dit dans les Cévennes, ont été fabriquées par l'homme tout particulièrement dans l'aire de végétation du châtaignier ou à proximité, par exemple dans les montagnes cévenoles, mais aussi entre autres en Corse, en Galice et dans les basse Alpes. La raison est simple : l'aubier du châtaignier est riche en tanins qui repoussent les parasites du bois et éloignent probablement certains pathogènes. Ces tanins actifs agissent très longtemps après la mort de l'arbre. Aussi un tronc de châtaignier est imputrescible, sauf en son coeur, dépourvu de tanins. Cette particularité chimique est une aubaine pour l'apiculteur qui peut fabriquer en s'appyant sur ces propriétés une ruche tronc qui dure trois ou quatre siècles. sans « traitement chimique », d'autant plus superflu que la nature avec les tanins de l'arbre en fournit un formidable, gratuit, durable et écologique. De plus l'intérieur de l' arbre, ne contenant pas de tanins, même à l'état de bois frais se laisse évider relativement facilement, même avec des instruments anciens, sans propulsion mécanique. Le coeur du grand arbre éclate facilement. Aussi, le bas des troncs de châtaigniers, joliment noueux et bosselés, inutilisables pour les charpentes, se prêtent admirablement à devenir de splendides ruches troncs. Le couvercle de la ruche tronc est fourni par une « lauze », une dalle de schiste, façonnée dans de la pierre trouvée aux alentours. Ce type de ruche reste stable des siècles durant. Et les ruches troncs, ainsi transmises de génération en génération d'apiculteurs, ont donné lieu à toute une architecture abritant et regroupant ces habitats durables dans des sites remarquables, des « ruchers troncs », véritables amphithéâtres des abeilles. Les résistantes des "apios" cévenols Ces ensembles de ruches troncs, appelés en Cévennes «apio» existent toujours, à l'état de traces ou en cours de restauration et de repeuplement. Ils représentt souvent le résultat de plusieurs siècles de travail, de générations et de générations d'apiculteurs de la montagne. Ils abritent encore quelques colonies d'abeilles noires 'résistantes qui ont survécu à une phase d'abandon partiel ou total de ces ruchers. Tout cela nous passionne, nous réunit et nous motive à faire ce site et vous montrer un peu tout cela.

Ruche tronc

Ruche tronc 2

Ruche Tronc 3

Posté par issoire63 à 18:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2018

Les gueux.................

Posté par issoire63 à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 décembre 2018

le mammouth laineux..........................

Les scientifiques estiment que ces géants ont circulé dans ce qui est maintenant l’Amérique du Nord et se sont éteints il y a environ 11 700 ans. Le mammouth de James ne fut pas le premier à être trouvé dans le Michigan. Il y en a eu 30 autres découvertes au cours du siècle dernier, mais c’était certainement le plus grand spécimen ! L’observation des os permit de faire quelques suppositions…

 

 

32

Posté par issoire63 à 20:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 décembre 2018

El Condor Pasa...............

Posté par issoire63 à 18:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 novembre 2018

Les légumes qui sortent de l'ordinaire.......

16

snapshot

snapshot2

snapshot3

snapshot5

snapshot6

snapshot8

snapshot14

snapshot29

snapshot34

snapshot45

snapshot49

snapshot52

snapshot53

snapshot74

snapshot81

snapshot85

1

snapshot47

Posté par issoire63 à 17:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2018

L'Etrangère...........................

L'étrangère...magnifique !!. lire jusqu'au bout...!!!! Quelques années avant ma naissance, mon père connut une étrangère récemment arrivée dans notre village. Depuis le début, mon père fut subjugué par cette étrangère, si bien que nous en arrivâmes à l'inviter à demeurer chez nous. L'étrangère accepta et depuis lors elle fit partie de la famille. Moi je grandissais, je n'ai jamais demandé d'où elle venait, tout me paraissait évident. Mes parents étaient enseignants : ma maman m'apprit ce qu'était le bien et ce qu'était le mal et mon père m'apprit l'obéissance. Mais l'étrangère, c'était une conteuse, une enjôleuse. Elle nous maintenait, pendant des heures, fasciné-e-s par ses histoires mystérieuses ou rigolotes. Elle avait la réponse à tout ce qui concernait la politique, l'histoire ou les sciences. Elle connaissait tout du passé, du présent, elle aurait presque pu parler du futur! Elle fit même assister ma famille à une partie de football pour la première fois. Elle me faisait rire et elle me faisait pleurer. L'étrangère n'arrêtait jamais de parler ; ça ne dérangeait pas ma Maman. Parfois maman se levait, sans prévenir, pendant que nous continuions à boire ses paroles. Je pense qu'en réalité, elle était à la cuisine pour avoir un peu de tranquillité (maintenant je me demande si elle n'espérait pas avec impatience qu'elle s'en aille). Mon père avait ses convictions morales, mais l'étrangère ne semblait pas en être concernée. Les blasphèmes, les mauvaises paroles, par exemple, personne chez nous, ni voisins, ni amis, ne s'en seraient permis. Ce n'était pas le cas de l'étrangère qui se permettait tout, offusquant mon père et faisant rougir ma maman. Mon père nous avait totalement interdit l'alcool. Elle, l'étrangère, nous incitait à en boire souvent. Elle nous affirmait que les cigarettes étaient fraîches et inoffensives, et que pipes et cigares faisaient distingué. Elle parlait librement (peut-être trop) du sexe. Ses commentaires étaient évidents, suggestifs, et souvent dévergondés. Maintenant je sais que mes relations ont été grandement influencées par cette étrangère pendant mon adolescence. Nous la critiquions, elle ne faisait aucun cas de la valeur de mes parents, et malgré cela, elle était toujours là ! Des dizaines d’années sont passées depuis notre départ du foyer paternel. Et depuis lors beaucoup de choses ont changé : nous n'avons plus cette fascination. Il n'empêche que, si vous pouviez pénétrer chez mes parents, vous la retrouveriez quand même dans un coin, attendant que quelqu'un vienne écouter ses parlotes ou lui consacrer son temps libre… Voulez-vous connaitre son nom ? Nous, nous l'appelons Télévision ! Il faudrait que cette belle histoire soit lue par tout le monde. Attention : Maintenant, elle a un époux qui s'appelle Ordinateur un fils qui s'appelle Portable une fille qui s'appelle Tablette...et un neveu pire que tous : Lui c'est Smartphone ... et ils se lient tous ensemble pour nous éloigner les uns des autres !!!

Posté par issoire63 à 18:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]