Boufarik325Pendant dix ans,les colons de Boufaric ont vécu sur un terrain empoisonné et la quinine était à demeure sur les comptoirs des marchands de gouttes.C'est l'histoire de tous les centres créés dans la Mitidja.A l'est,les marais laissés par le débordement des oueds,ont décimés les premiers habitants de l'Alma,de la Réghaïa,du Fondouck qui perd en quelques mois 115 de ses 150 colonsvenus de la Prusse rhénane.A l'ouest,les miasmes du lac Halloula ont empoisonné les habitants d'Ameur-el-Aïn,de Bourkika,d'El-Affroun,de Marengo.Ces villages ont dû être repeuplé.L'administration installait en effet les colons sur des points dont l'insalubrité était cependant connue-le Fondouck a été créé à proximité d'un camp dont la garnison avait été décimée par la fièvre- et ne commençait que deux ou trois ans plus tard les indispensables travaux de dessèchement."La première histoire de la colonisation,a écrit Fromentin,est dans les cimetières".
Cette histoire ,il est bon de la connaître lorsqu'on voit aujourd'hui (1850) ces villages avec leurs larges avenues à angle droit et leurs jardins publics,les routes bordées de grands saules et de cyprés,les gigantesques platanes des boulevards de Boufarik;quand on aperçoit la variété des cultures florissantes se dérouler à perte de vue,les prairies avec leurs bêtes au vert,les champs de tabac,les bosquets d'arbres fruitiers,les bois d'orangers et la vigne,toujours la vigne.
A voir l'ampleur des vignobles de la Mitidja on a peine à croire que cette culture qui paraît faites pour l'Algérie ne remonte pas plus haut,en fait,que 1878.Jusque là on pensait que les cultures à grand rendement,fondement de l'économie d'un pays agricole,pourraient être les épices,le blé,le coton,le tabac.A l'origine de l'expansion du vignoble Algérien,on trouve un accident,la destruction des vignes en France par le phylloxéra..
En 1900,les vignobles en Algérie avaient pris de l'importance et on pouvait écrire que la viticulture européenne aurait beaucoup à apprendre en Algérie.

Boufarik___2326